L’Église Française souhaite-t-elle un autodafé socio-politique ?

Et les catholiques de commencer à repenser une société dominée par la théologie et à l’élimination de l’athéisme…

C’est comme un air de déjà vu. Après la Belgique, les mouvements radicaux aux USA, les positions fondamentalistes nouvelles vaticanes, voici arriver la France dans son combat vieux de plusieurs siècles. Quelques iconoclastes avaient déjà penser à cela, lançant des alertes. Mais aujourd’hui, cela sonnera-t-il le glas ou le renouveau ?

Ma réaction fait suite à cet article paru sur la Revue Item, affichant clairement des ambitions de suppression et de domination. Ci-après, mes observations.

L’Eglise a besoin du bras temporel chrétien pour rayonner. Partout où elle n’a plus la collaboration sincère d’un pouvoir politique indépendant d’elle, mais s’inspirant de l’Evangile du Christ, conformément à l’axiome : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », l’Eglise ne peut plus survivre. Elle redevient physiquement une « Eglise du silence », une Eglise des martyrs, ce qu’elle fut jusqu’à la victoire de Constantin avec son « labarum » dressé au pont de Milvius.

=> La dernière phrase appelle à la levée des chrétiens pour devenir martyrs. Si vous savez ce que signifie « ce qu’elle fut jusqu’à la victoire de Constantin » vous devez être réellement effrayé. Avant et pendant la prise de pouvoir de Constantin (1er), la secte chrétienne avait levé des guérillas urbaines partout en Europe pour faire des Autodafés et tuer le maximum de non-chrétien. Leur première cible fut les juifs qui furent repoussés au-delà de l’Europe, puis ce fut au tour des athées dont la sentence était irrévocablement la mort ou la conversion forcée (mais leurs enfants et leur(s) aimé(e)(s) leur étaient enlevés…).

Hier, l’Empire soviétique était l’empire de l’athéisme.

=> L’Église adore exposer cela. Hors, le Stalinisme et le Léninisme (tout comme le Marxisme prit mot-à-mot) n’était pas de l’athéisme. C’était une religion à part entière, avec un créateur (une forme de spiritualité avec un créateur), une doctrine (un marxisme orthodoxe) et un représentant religieux (le pater populis ou ce que l’on a appelé le Petit Père des Peuples – avec Staline, pas pour les tsars)

pour la soi-disant « éthique » qui prétend se substituer à tout ordre moral dans la politique, dans la bioéthique. (…) La voix chrétienne en faveur de l’institution familiale et la protection de l’enfance dès sa conception se fait entendre avec bien du mal…

=> La morale chrétienne de son éthique est le viol, le mariage forcé, la pédophilie, la pédérastie (à ne pas confondre avec la pédophilie où ce sont des jeunes enfants, et « être PD » qui est un terme péjoratif pour la communauté gay), l’inceste, les brûlots, etc… C’est la morale chrétienne à retrouver selon eux ?

Et pourtant, hier, cette Europe fut façonnée par Charlemagne. Il a établi une « synthèse grandiose entre la culture de l’antiquité classique, principalement romaine et les cultures des peuples germaniques et celtes, une synthèse réalisée sur la base de l’Evangile de Jésus-Christ

=> Vous n’avez pas la nausée en lisant l’apologie de Charlemagne ? C’est la même chose que lorsqu’un Nazi (Point Godwin) fait l’apologie de l’extermination de communautés.. ça met très mal à l’aise…

Voilà ce que fut le continent européen. L’Europe s’est constituée sur l’acceptation de la foi chrétienne.

=> J’ajouterai forcé entre « l’acceptation » et « de la foi »…

malheureusement, ils se révèlent, avec une évidence toujours plus grande, un appauvrissement progressif dans les domaines humaniste, spirituel et moral.

=> Humaniste… je ne suis pas d’accord. On peut faire les comptes. L’humanisme a émergé par les modèles séculiers. Jamais il n’est venu par l’application [forcée] des modèles religieux ; au contraire, l’Histoire nous supplie de ne plus y revenir. Concernant l’attrait spirituel, que signifie son abandon ? Il me semble, pour émettre une opinion qui pourrait être réfutée, que l’antonyme de spiritualisme est le matérialisme (philosophique) et la mécanistique. Hors, de ce fait, l’abandon de spirit laisse apparaître une détonante créativité. On sait que l’Église n’aime que l’art qui parle d’elle, les autres sont considérées comme antignose et donc contre l’Église. Et enfin la morale. Faut-il réellement que je revienne à cela ?

La philosophie tournait le dos à ce qui avait fait sa grandeur au Moyen Age, d’être « ancilla theologiae », servante de la théologie. (…) Voilà l’Eglise ramenée à la situation que tant de théologiens et d’évêques ont tellement souhaitée depuis le Concile Vatican II : une situation antérieure à l’empereur Constantin et au « constantinisme ».

=> Loi du Talion, Loi du martyr, Évangélisation forcée. Voici ce que à quoi commence à penser la chrétienté française. Malgré leurs années de retard par rapport à la Belgique et aux USA, l’Église française a plus d’expériences. Toutefois, elle doit se rappeler qu’il y a encore peu de temps, la société était anticléricale… et cela a duré plus deux siècles. Si elle joue finement, elle pourra de nouveau transformer la France en partie d’un nouvel empire théologique. Dans le cas contraire, l’Église catholique romaine s’éteindra en quelques mois, et cette fois, ce sera avec le mot : FIN.

En conclusion, malgré tous les sophismes présents dans l’article cherchant à dissimuler leur colère, le langage de la violence apparaît clair et motivé.

Publicités

Vrai ou faux ? Vous pouvez aussi réagir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s