L’art de détourner les sujets chez les croyants…

Oui, je sais, beaucoup de sujets sur les religions en ce moment. Toutefois, il s’agit plutôt là de mettre en exergue la communauté globale des croyants. Bien sûr, cela fait une généralité statistique, et non adhominem.

Je réagis cette fois à l’article paru dans Faits-Religieux.

En effet, ils ont publié hier la traduction d’un article assez intéressant qui tient tant dans les chiffres pertinents que dans le contenu idéologico-centriste.

 

Étude et manipulation

Pour ce fait statistique : « Comme le faisait remarquer National Public Radio (NPR) l’année dernière, un sondage récent réalisé auprès des Américains d’âge adulte « révélait que seulement 45% d’entre eux voteraient pour un candidat à la présidence, même hautement qualifié, qui s’avérerait être athée ». » ; le site l’exploite en ces termes… « Pourquoi cela ? Peut-être que parmi les différentes catégories incluses dans le sondage, les athées sont les seuls qui se définissent principalement par la négative. ».

Si je retranscris cette phrase, voici ce qu’elle signifierait pour eux : « comme SEULEMENT 45% des athées votent, alors ce ne sont pas de bons citoyens donc nos amis lecteurs doivent les considérer par la négative».

Vous admettrez que cela est bizarre pour des gens qui ont pour mission de concevoir une société dont le système de pouvoir est basé sur la théologie.

Si je retranscris l’étude ensuite dans un autre langage, plus athée, cela donne ceci : « comme l’étude l’annonce, près de 45% des citoyens voteraient pour un changement de paradigme puisque ne soutenant aucune idéologie, système de croyance, et même les doctrines sur lesquelles sont établies les différents partis politiques. Mais que mettraient-ils en place comme nouveau système ? »

Et pour la réflexion sur le tout négatif, il faut surtout savoir que ce ne sont pas les athées qui ont choisi le mot athée, mais les théistes – la catégorie qui n’existe pas en passant que l’on appelle athée diront plutôt libre-penseur.

Alors, lorsque les religieux (théistes) disent que tout est négatif pour les athées en vertu de la racine-même du mot, cela est complètement faux. Chaque « athée » a énormément d’empathie pour beaucoup de domaines ; et pas seulement pour un seul qui aurait réponse à tout.

Une comparaison ?
Croyants :
* discussion 1 : c’est dieu
* discussion 2 : c’est dieu
* discussion 3 : c’est le démon
* discussion 4 : c’est le démon (oui, il faut se rappeler qu’ils sont manichéens)
Libre-penseurs (tiens-tiens, c’est pas un mot négatif ça 😉 ) :
* discussion 1 : voici les faits que nous avons
* discussion 2 : je ne sais pas
* discussion 3 : je n’en connais pas assez sur le sujet
* discussion 4 : il y a ceci, ceci et cela

 

Conflit artistique

Si les Églises ont leur vision de l’art, les libres penseurs ont chacun la leur. En effet, lorsque vous voyez les deux-trois images que vous allez trouver ci-après, vous ne pouvez pas dire que cela est moche. Pourtant, il s’agit de science, ce domaine que les croyants pensent être froid, rigide et opaque.

aa4c59c813c1a03e7c17babea2c833a0

boulder-brain-coral1

c0165835

c0156376

C0182887-Nerve_cells%2C_artwork-SPL

L’article sur lequel je réagis étant en français, il est dommage que cela ne soit qu’une traduction. Mais soit, c’est le jeu et je n’en veux pas à ce site (même s’ils parlent un peu trop souvent des religions positivement mais cela est un débat que l’on pourra peut-être avoir avec les fondateurs 🙂 ). Au vu de la tournure de l’article, il est très probable qu’il soit issu du monde anglophone et il se peut que ce soit américain. Même s’ils n’ont donc pas l’expérience de la créativité chez les athées, une des périodes charnières de la France et aujourd’hui de plusieurs pays du Maghreb de l’après révolution jusqu’au début-milieu du XXème siècle (où le milieu n’a connu que des œuvres disparates de personnages populaires) nous avons vu un tas de choses anti-cléricales que ce soit dans le dessin, la photo, l’écriture, la poésie, la philosophie, (…). <= c'était pour le piquant 😉

Nous comprendrons donc en tout cas, que l'art chez les athées et aussi prolifique que l'art chez les croyants à n'en point douter. La différence se situe dans l'évolution des arts : les gnostiques/théistes auront plus tendance à suivre un courant défini ; les libres penseurs/objecteurs de consciences/anarchistes/libertaires/(…) seront plus dans l'essai de création de nouvelles formes d'arts.

 

Erreur de traduction

Si cette erreur se trouve dans cet article, je n’en pose pas le blâme pour autant car elle l’est dans de nombreux autres. Il s’agit en effet du terme antéchrist. Dans le dualisme christique, l’antéchrist est censé faire la balance du christ. Toutefois, le mot est faux. En effet, antéchrist est une erreur qui aurait dû être antichrist. Anté- signifie avant. Alors avant le christ n’est pas quelque chose de concevable dans le canon. Il y a trois façons différentes de voir le christ. La première est de dire que le christ est dieu. En effet, il est la création parfaite de lui-même et éternel. Il représente et est dieu. La seconde est son rôle en tant que « simple » prophète qui propose le message révélé par son père, et lui-même. La troisième est lucifer. Dans Saint Jean (qui parle de la chute du porteur de lumière – Lucifer) et même Saint Matthieu qui parle de Jésus comme porteur de lumière, il s’agit du même terme originel Lucifer. Donc, où que l’on soit (dans la démonologie, angéologie,…), l’anté- n’est pas l’anté- mais l’anti-. L’Adam obscur le devient après la chute de la première guerre du ciel.

 

Généralisme

Dû à la croyance unique (en dieu notablement), les croyants imputent aux libres penseurs que du moment où ils parlent d’une personne, d’un sujet, ou d’une idée, ils l’embrassent totalement et en font profession de Foi (« Minchin mélange les traditions qu’il rejette et celles qu’il accueille »). Ceci est bien évidemment un projection qu’ils font de leur système.

C’est justement l’un des points essentiels à comprendre (et à retenir) : les libres penseurs n’embrassent aucun sujet, ils en comprennent certains et sont libres de changer d’idées à loisir.

 

Raconter des histoires

« Sans une meilleure histoire à raconter, les auteurs du « A » du Daley Plaza auront besoin d’un miracle s’ils veulent faire passer leur message. »

La conclusion pourrait être efficace pour la personne ayant un mental affaibli à un manque de connaissance ou à une émotion de forte tristesse.

Encore une fois, l’athée n’a pas forcément besoin qu’on lui raconte des histoires – à traduire par « des mensonges » ? – pour se sentir bien et converger vers certaines idées. Être adogmatique est une idée en soi de ce que pourrait étudier le religieux. Ces auteurs du « A » comme le souligne l’article n’auront pas besoin d’une populace trop énorme, leur objectif n’est pas d’être élu (ou prophète). Pour comprendre, il faut regarder de plus près les orientations et objectifs des organisations. La plupart sont des promotions pour des écoles philosophiques (matérialisme, raison, empirisme,…), et pour la grande majorité, les sciences et l’humanisme séculier. Dans cet optique, nul besoin d’avoir des moutons qui suivent en incantant un être surréaliste, seulement des personnes qui en amènent d’autres à étudier des chemins propres à ce qui leur plaît pour incrémenter à leurs connaissances.

« Je ne met pas en doute ce que tu crois. Moi je le dois. » ~ Agora

Advertisements

Vrai ou faux ? Vous pouvez aussi réagir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s